Stylos Plume - Horloger-paris.com

Depuis + de 25 ans

Du lundi au jeudi : 10h / 19h
Le vendredi : 10h / 16h

6 Avenue Franklin Roosevelt - Paris
www.horloger-paris.com

panier
 

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander

Stylos Plume

La plume est une pièce de métal de forme en général semi-cylindrique et effilée à son extrémité distale. Elle comporte une base, un corps, deux becs séparés par une fente, une pointe et souvent un orifice de ventilation à l'extrémité proximale de la fente. Elle est de taille et d'épaisseur variables, mais de forme généralement similaire. II existe toutefois des plumes véritablement tubulaires (Dupont Montparnasse), voire triangulaires et plates (Parker 180). La pointe est en général équipée d'une boule d'iridium qui pallie la sensibilité de l'or à l'abrasion exercée par le papier. La face visible de la plume est habituellement gravée du logo du fabricant et de poinçons si elle est en métal précieux, ainsi que de motifs décoratifs. Elle peut être plaquée or si elle est en acier ou en alliage métallique, ou plaquée palladium, iridium voire ruthénium si elle est en or. La plume est posée sur un conduit qui lui amène l'encre de la cartouche ou du réservoir par le jeu de la capillarité. C'est par ce même phénomène physique qu'elle sera déposée sur le papier. La plume et son conduit sont insérés dans la section ou bloc plume.

Les types de pointes

La pointe de la plume est taillée de manière à offrir des types d'écriture adaptés aux souhaits de l'utilisateur. Les plus courantes sont "fine", "moyenne" ou "large", symbolisées aussi par les lettres F, M ou B ("broad" voulant dire "large" en anglais). De nombreux fabricants proposent toutefois d'autres variantes, correspondant chacune à un autre trait. En pratique, l'éventail disponible couvre les tailles d'extra-fine à ultra-large, soit EF à BBB. On trouve aussi des plumes dites obliques, dont la pointe est taillée en biseau pour un effet en pleins et déliés, « stub », dont la pointe tronquée permet de réaliser des traits larges en descendant, et fins en tirant ; obliques pour gauchers, au biseau inversé, musique, à double fente pour plus d'effets de pleins et déliés, spéciales, à double ou triple lame, etc. Si l'on ajoute que les obliques peuvent présenter des largeurs différentes, OM, OB ou OBB, certains fabricants proposent jusqu'à 20 références. Bien entendu, les détaillants disposent rarement de toute la palette, mais ils se feront un devoir de vous commander la plume de vos rêves. En pratique, seul un essai vous permettra de trouver "votre" plume.

Les métaux utilisés

L'or s'est vite imposé pour la fabrication des plumes de qualité, compte tenu de ses caractéristiques physiques : résistance à la corrosion de l'encre et souplesse à l'écriture. Compte tenu de la faible résistance à l'usure de l'or utilisé sur les plumes de qualité, on soude à son extrémité une boule d'iridium, métal blanc précieux beaucoup plus dur que l'or. Ainsi, la plume conserve les qualités de souplesse de l'or, en évitant les inconvénients liés à sa sensibilité à l'abrasion exercée par le papier lors de l'écriture. L'or utilisé pour la fabrication des plumes de stylo n'est quasiment jamais de l'or pur, mais un alliage de plusieurs métaux dans des proportions variées. La couleur de l'or va notamment dépendre de la composition de cet alliage : il sera rouge, rose, jaune, vert ou blanc.

Le titrage, c'est-à-dire la quantité d'or par rapport aux autres métaux présents dans l'alliage, est exprimé en carats ou en millièmes. En France, les plumes or ont longtemps titré 18 carats (soit 750/1000 d'or pur) du fait de la réglementation applicable dans notre pays. Les normes européennes ont fait diminuer ce titrage "minimal" à 14 carats (soit 585/1000 d'or pur). Certains fabricants, notamment japonais, proposent des stylos dotés d'une plume 21 carats, proche de l'or pur (24 carats, soit 990/1000). La composition de l'alliage d'or peut avoir une incidence sur la souplesse de la plume, mais c'est l'épaisseur de la feuille de métal et la nature même du métal utilisé qui est déterminante. Il est donc simpliste, voire faux de dire que les plume 18 carats sont plus souples que les plumes 14 carats. De même, il est faux de prétendre que c'est le titrage qui détermine la douceur de la plume sur le papier : c'est la qualité du polissage de la pointe d'iridium qui est déterminante.

L'or n'est pas le seul métal utilisé pour la fabrication des plumes, et l'on trouve ainsi de rares plumes en palladium (jusqu'à 23 carats), et plus souvent des plumes en acier ou en alliage métallique de composition variée. Il faut préciser que les plumes en acier modernes utilisées par les grandes maisons sont d'excellente qualité et que leurs caractéristiques d'écriture soutiennent la comparaison avec les meilleures plumes en or. De surcroît, un usage soigné ne les exposera pas d'avantage à la corrosion que leurs homologues en or. De rares fabricants ont eu recours au platine, notamment le joaillier français Lefèbvre, qui a habillé de nombreux stylos de métaux précieux et remplacé la plume en or d'origine par le platine. Elles sont estampillées PL. Les années 1960 ont vu apparaître des plumes en titane (Parker T1) et l'offre de telles plumes s'est développée ces derniers mois. II faut préciser que le titane confère à la plume de la souplesse, qualité souvent absente des stylos modernes.

Les accessoires indispensables : le conduit et l'encre

Le conduit, en résine ou, mieux, en ébonite, alimente la plume en encre. Il est adapté à la taille de la plume, qui doit être parfaitement positionnée sur celui-ci. Si la plume s'est légèrement déplacée, les becs ne seront plus alignés, il s'ensuivra des "ratés" à l'écriture et des problèmes de débit d'encre, voire de sensation de "plume qui gratte". Il n'est pas toujours aisé de remettre celle-ci en place sans l'aide d'un professionnel. De même, une plume sur laquelle on aura appuyé trop fort aura tendance à s'éloigner du conduit à la pression et cela risque d'interrompre le flux d'encre. Ces pressions excessives expliquent 90 % des problèmes rencontrés dans le débit d'encre au cours de l'acte de signature ! L'encre doit être adaptée à l'usage des stylos-plume. On proscrira l'encre de Chine, les encres ayant été stockées trop longtemps, ou celles dont les pigments sont trop épais. Essayez plusieurs types d'encre, de marques différentes pour trouver celle qui convient le mieux à votre stylo et à votre gout. Ne vous sentez pas obligatoirement lié par la marque du fabricant de votre stylo !

La souplesse, un rêve ?

Les plumes modernes sont souvent assez rigides. Douces sur le papier, mais sans flexibilité ! Ces plumes, adaptées aux mains qui se sont formées sur des stylos à bille, ne se déforment pas sous forte pression et délivrent un débit régulier d'encre. Elles empêchent en revanche toute velléité de calligraphie, sauf à opter pour une plume oblique évoquée ci-dessus. II reste quelques fabricants qui proposent des plumes flexibles ou "souples", notamment, et sans que cette liste soit limitative, Pelikan, dont la plume M1000 est remarquable à cet égard ; Pilot, qui dispose d'une gamme dite souple ; Visconti ou Stipula, qui équipent certains stylos de plumes en titane d'une grande flexibilité, etc.

La douceur ? Un besoin !

On a tous besoin de douceur, dans ce monde de... ! C'est forts de cette conviction que les fabricants accordent une grande importance au polissage de la pointe d'iridium. Certains y excellent et parviennent à proposer des plumes peu souples (voir supra), mais d'une infinie douceur sur le papier. Prenez votre temps pour tester cet aspect avec soin avant d'acheter votre stylo. La plume gagnera en souplesse et en douceur après un usage régulier. Le débit risque aussi de devenir plus important, compte tenu de cette flexibilité accrue. Si une plume vous semble peu agréable, il faut tenter de changer de papier : certains papiers ressemblent plus à une toile émeri qu'à un support d'écriture valable !

L'esthétique ? Une affaire de goût !

Si plusieurs maisons s'adressent à la firme allemande Bock pour se procurer les plumes dont leurs stylos sont équipés, un certain nombre de fabricants réalisent toujours eux-mêmes les leurs. Même produites par Bock, les plumes sont personnalisées et reprennent la marque du stylo, l'indication du titrage en carats ou en millièmes, ainsi que l'indication de la caractéristique d'écriture. Les plumes modernes sont soit monochromes, or jaune ou blanc ou plaque palladium, soit bicolores. Certaines sont plaquées PVD noir, selon une tendance récente. S'agissant de la taille des plumes, elle varie considérablement. Des le début de XXe siècle, les grandes maisons telles Waterman diffusaient une grande variété de taille de plumes, de la taille #1, minuscule, à la taille #10, colossale. On sait aussi que c'est la plume gigantesque et ouvragée du Montblanc 149 qui a, en grande partie, assis sa renommée. Les petites plumes, qui plus est capotées, ont aussi connu leurs heures de gloire, avec le fameux Parker 51, si prise après la seconde guerre mondiale. Votre plume va vous accompagner longtemps, pour autant que vous ne la projetiez pas au sol, pointe la première et que vous la rinciez régulièrement ainsi que le réservoir et le conduit en aspirant de l'eau déminéralisée puis en la vidant ou, pour les stylos à cartouche, en immergeant, le temps d'une nuit, l'ensemble du bloc plume dans un verre d'eau froide... La plume reste un instrument de précision. Un alignement imparfait des becs, la perte de la pointe d'iridium ou le mauvais positionnement sur le conduit occasionneront autant de perturbations de son bon fonctionnement. Ne redressez pas vous-même une plume tordue : les spécialistes sont là.

Stylos Plume

S'inscrire à la newsletter

Contact

Les Champs D'Or‎ - 6 Avenue Franklin Roosevelt - 75008 Paris - France
Métro lignes 1 et 9

Tél. +33 1 40 76 02 02
Accueil téléphonique de 09h30 à 18h00, hors week end

Nous contacter par email