Hublot - Horloger-paris.com

Depuis + de 25 ans

Du lundi au jeudi : 10h / 19h
Le vendredi : 10h / 18h

6 Avenue Franklin Roosevelt - Paris
www.horloger-paris.com

panier
 

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander

Hublot

 

Hublot

L’histoire de Hublot continue son aventure et aborde un troisième volet sur fond d'hyperactivité. Après son carton dans les années 80, son rachat par LVMH synonyme de résurrection signée Biver, 2014 sera l'année de la transmission...

Nos pères se souviennent de l'incroyable succès des montres Hublot dans les années 80. Montées sur des bracelets en caoutchouc, parfumés à la vanille, résolument modernes, elles ont marqué leur époque. Peu à peu, le buzz disparaît, on parlera même de Hublot comme d’une « belle endormie ». Carlo Crocco, président-fondateur donne les rennes de sa maison à Jean-Claude Biver, génie horloger que l'on ne présente plus, quelques années plus tard, le groupe LVMH sera sensible à son charme et surtout à son potentiel et la rachète... Depuis, Hublot est revenu sur le devant de la scène, qui ne connaît pas la Big Bang, quel joueur de foot et autre star n'en porte pas une ? Comme si Jean-Claude Biver voulait habiller la mariée pour qu'elle soit la plus belle du marché, il a été une fois de plus sur tous les fronts. Ouvertures de boutiques, lancements de séries limitées surprenantes et autres présentations de nouveaux ambassadeurs se sont multipliés à travers le monde avec comme points d'orgue, deux événements majeurs.

Des Ferrari et de l'or

C'est en exclusivité que nous vous dévoilions le partenariat entre Hublot et Ferrari annoncé sur le circuit de Mugello en Italie en novembre dernier en présence de Jean-Claude Biver et de Luca Cordero di Montezemelo. Un accord de haut vol dont les premiers résultats sont réservés au marché chinois, vingt tourbillons « Ferrari by Hublot » célèbrent ainsi les vingt ans du cheval cabré en Chine. Aujourd’hui, les collectionneurs français vont pouvoir profiter de cet événement puisque Hublot est devenu en décembre dernier partenaire du Club Ferrari France. La manufacture sera donc chronométreur Officiel sur l’ensemble des sorties des propriétaires collectionneurs et soutiendra la 18e édition de Sport & Collection 500 Ferrari contre le cancer qui se déroulera en juin 2012. L'occasion rêvée pour présenter au moins une montre Ferrari by Hublot éditée en série limitée pour la France... Aussi, pour la première fois de l'histoire horlogère, une manufacture ne se contente pas d'emprunter une matière high-tech à une autre industrie, mais décide de la créer elle-même à la façon d'un métallurgiste... Jean-Claude Biver rêvait d'un or inrayable, « Magic Gold » est né... Tout a commencé par un constat. L'or 18 carats n'est pas assez dur (entre 50 et 300 Vickers, Vh1). Trop faible en comparaison de l’acier trempé (600 Vh1), des céramiques (de 1 000 a 2 000 Vh1) ou du diamant (plus de 2 000 Vh1). Conséquence : l'or se raye. Un problème qui justifie l'intervention de Hublot auprès de I'EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) qui a travaillé sur l'injection de métal dans des céramiques sous l'égide du professeur Mottersen, directeur de l'institut des matériaux de l'école et professeur au laboratoire de métallurgie métallique. Un excellent point de départ. Trois ans d'études et de développement auront été nécessaires pour relever ce challenge très ambitieux.

De la céramique 18 carats

L'or est combiné à de la céramique pour obtenir une nouvelle sorte d'or, 18 carats, mais inrayable, du jamais vu ! Comment ? En faisant très simple : La céramique sous forme de grains est tassée, compressée et chauffée. Cet amalgame de céramique est ensuite fusionné à de l'or pur, fondu pour s'infiltrer dans la céramique. De quoi obtenir de l'or intégré dans de la céramique. Un processus qui nécessite un matériel inédit, développés en exclusivité pour Hublot. Plus qu'un atelier au sein d'une manufacture classique, un véritable laboratoire qui est situé au rez-de-chaussée de la manufacture Hublot située à Nyon, dont le fruit est Magic Gold. Un nom de baptême trouvé par Jean-Claude Biver qui lui va très bien. Noire tout au long du process, la main de l'homme la polie une fois refroidie et l'or apparaît... Comme par magie. Une nouvelle matière composite qui a les propriétés de la céramique, dure, inoxydable avec ses 1 000 Vh1, et l'aspect de l'or jaune. De quoi très bien préparer l'avenir de Hublot. Ce n'est pas Ricardo Guadalupe qui s'en plaindra. Ami depuis près de 20 ans de Jean-Claude Biver, jusqu'ici directeur opérationnel de Hublot, il a été nommé CEO de la manufacture le 1er janvier 2012. A suivre, l'acte III de la maison à Jean-Claude Biver, nouveau présent président du conseil d'administration, de conclure : « Il y a un temps pour apprendre, un temps pour faire, un temps pour transmettre. Je suis donc heureusement arrivé sain et sauf au temps de la transmission avec la satisfaction de transmettre à un ami tout en accompagnant l'équipe au niveau stratégique, produit et relationnel ». Pour l'heure le secret a été bien gardé sur les premières montres Ferrari présentées à cette Foire de Bâle. Seules indiscrétions produits dévoilées par la manufacture au-delà, bien entendu, d'une première montre en Magic Gold, pour hommes, une Heure Universelles futuriste animée du calibre maison, pour femmes, une folie, une Big Bang, prenant les allures d'un reptile.

Hublot, chronologie

1980: Création par Carlo Crocco.

2004: Nomination à la présidence de Jean-Claude Biver.

2008: Rachat par le groupe LVMH.

2009: Inauguration de la manufacture.

2012 : Ricardo Guadalupe devient CEO et Jean-Claude Biver président du conseil d'administration.

Manufacture, portrait robot

Nombre d'employés : 285 dont 140 horlogers.

Production : 25 000 pièces par an.

Mouvements manufacture : Le calibre Unico, sa version GMT, ainsi que toutes les complications MP01, MP02, MP03, Répétition Minutes Tourbillon, Répétition Minutes Tourbillon Cathédrale, Tourbillon simple, Key of Time, Tourbillon Vendôme...

Nombre de collections : 4, Big Bang, King Power, Classic Fusion et les Masterpieces.

Nombre de points de vente : 700 ambassades et 42 boutiques exclusives dont les plus récentes ; place Vendôme à Paris, Madison avenue à New York, Beverly Hills à Los Angeles, Ginza à Tokyo...

Superficie : 6 000 m2



Hublot : Fusion des matériaux

 

C'est un peu comme en cuisine, un mélange subtil qui va sublimer chacun des ingrédients pour donner une recette unique, la spécialité d'un chef. Hublot a fait de la fusion des matériaux un véritable code génétique qui donne à chaque montre Big Bang l'ADN de la marque.

C'est la théorie du Big Bang qui explique l'origine de l'univers, une idée maîtresse chez Jean-Claude Biver quand il imagina le modèle icône d'Hublot, élu Best Design of the Year par le Grand Prix d'horlogerie de Genève en 2005 et qui allait apporter un nouvel élan à la marque. Sur trois décennies, Hublot a exploré le concept de fusion entre la matière minérale et le végétal. La marque a même fait de la fusion son ADN, en dépassant l'association des matériaux et a donné aux composites leurs lettres de noblesse. Résine, carbone, céramique, rien ne l'arrête, pas même l'or. Créer de nouveaux alliages, conjuguer les matériaux, composer des associations, tel est le terrain de jeu des ingénieurs et designers. Hublot mélange ainsi les matériaux du 3e millénaire et la tradition horlogère, dont Jean-Claude Biver, chairman de l'entreprise, et Ricardo Guadalupe, désormais CEO, sont les plus ardents défenseurs.

L'acier

Alliage de métaux, de fer, de chrome pour éviter la corrosion et de nickel pour optimiser la résistance mécanique, l'acier s'invite dans la plus simple des montres Hublot, mais associé à la céramique et au caoutchouc pour une harmonie intemporelle unique.

L'aluminium

Troisième élément le plus fréquent de la croûte terrestre, l'aluminium, découvert en 1827, fut, durant des décennies, très coûteux en raison des difficultés d'extraction. Sa légèreté, ses reflets uniques et sa densité de 2,7 g/cm3 (trois fois moins que l'acier), en fit un métal convoité. Mélangé au cuivre, au magnésium, au zinc, au manganèse et au titane, il devient parfait pour les montres Hublot.

La céramique

Hublot utilise une céramique d'oxyde de zirconium de haute technologie, très dure et très solide, pour le boîtier et la lunette de certains modèles. Cette même céramique est exploitée pour les arbres à came et disques de freins des voitures de sport, comme la Formule 1 dont Hublot est la "montre officielle."

Le Hublonium

Hublot a développé ce matériau unique en fusionnant, entre autres, magnésium et aluminium. Le Hublonium se révèle aussi léger que résistant, aussi souple que fonctionnel. Illustration parfaite de la fusion des matières chère à la maison, il est l'alliage utilisé pour la Big Bang Mag Bang : tous les composants du boîtier, et même la boucle du bracelet, sont façonnés dans cette matière.

Le carbone

Ce matériau onéreux répond aux besoins de forte solidité, de malléabilité ou de résistance chimique particulière. Il peut être exploité soit directement comme fibre, soit pour renforcer des matériaux composites. C'est sous cette seconde forme qu'Hublot l'utilise. Elle emploie de plus en plus le carbone pour ses montres depuis qu'une équipe de trente personnes maîtrisant parfaitement le travail de cette fibre a été intégrée au sein de la manufacture.

L'or, le King Gold et le Magic Gold

L'or pur est assez doux. Ce métal précieux est omniprésent dans la bijouterie, et aussi dans l'industrie pour sa conductibilité. On l'utilise presque toujours en alliage avec 25 à 64 % d'autres métaux, tels le cuivre et l'argent, le palladium pour l'or blanc. L'or 18 carats est le standard pour les boîtiers de montres et peut se présenter en différentes couleurs ‒ blanc, jaune, rose et rouge. Les trois dernières sont obtenues en ajustant les proportions de cuivre et d'argent dans les 25 % de l'alliage qui ne sont pas constitués d'or. Hublot a cultivé le travail de l'or jusqu'à créer le King Gold, de l'or avec 5% de platine PT950, ce qui le rend plus rouge par réaction et encore plus précieux. Fin 2011, après trois années de recherches et développements, la marque a également développé, avec le laboratoire de métallurgie de l'EPFL (l'Ecole polytechnique de réputation internationale de Lausanne), un or totalement inrayable certifié 18 carats par le Bureau des métaux suisse. II résiste à tout. Seul le diamant peut le travailler et le rayer. Baptisé "Magic Gold", cet or nouveau est une révolution industrielle dans l'univers du luxe.

Le Cermet®

Le Cermet® est un matériau composite constitué de céramique ("cer") et d'éléments métalliques ("met"). II combine les avantages de la céramique, telles la dureté et la résistance à des températures élevées, et ceux du métal, comme sa capacité à subir une déformation plastique. II sert de liant pour l'oxyde, le borure ou le carbure. En général, les éléments métalliques employés sont le nickel, le molybdène et le cobalt. Le Cermet® supporte des températures élevées et offre à la Big Bang Aero Bang Cermet une résistance incomparable aux rayures et aux agents extérieurs.

Le tantale

Utilisé depuis à peine un siècle, le tantale pur a une résistance exceptionnelle à la corrosion. Hublot en utilise un de couleur gris-bleu qui contraste avec l'or, le platine et le titane. Il est adapté pour les parties extérieures de la montre, car anallergénique et parfaitement inerte.

Le platine

Le platine est un métal précieux très résistant à la corrosion. C'est l'un des métaux les plus rares de la croûte terrestre, aussi est-il fortement convoité. Pour une montre, la présence de platine, qui offre une discrète ressemblance avec l'acier, est un gage de rareté. Moins de 200 tonnes de platine sont extraites chaque année, la plupart de gisements d'Afrique du Sud, du Canada ou de Sibérie. Pour être intégré dans les boîtiers ou en joaillerie, il doit être allié à 5 % de cuivre. Le platine 950 s'usine avec des outils en diamant aggloméré.

Le titane

Le titane n'existe pas à l'état naturel. II résulte de l'utilisation de deux minéraux : le rutile et l'ilménite. L'ilménite se trouve dans des sables minéraux. Non toxique et anallergénique, il s'avère pleinement compatible avec les tissus organiques. Pour des raisons inconnues, les cellules vivantes ont une affinité particulière avec le titane, très utilisé en médecine. Hublot a choisi l'alliage de titane TA6V, contenant 4 à 6 % d'aluminium et 2 à 3 % d'étain, pour les boîtiers de certains modèles. Très difficile à usiner, il est néanmoins résistant à la chaleur et à la corrosion. Les alliages de titane pur sont utilisés aujourd'hui dans de nombreux domaines, depuis les véhicules spatiaux jusqu'aux sous-marins.

Hublot combine à l'infini les fusions entre matériaux qu'offre la planète ou qu'invente l'homme. L'imagination est au service d'une collection qui relève du concept génial et de l'héritage d'une tradition horlogère cultivée dans le moindre détail. Plus la liste des matériaux s'allonge et plus la magie opère, magie que Jean-Claude Biver et Ricardo Guadalupe renouvellent avec toujours la même intensité.

 

Hublot

S'inscrire à la newsletter

Contact

Les Champs D'Or‎ - 6 Avenue Franklin Roosevelt - 75008 Paris - France
Métro lignes 1 et 9

Tél. +33 1 40 76 02 02
Accueil téléphonique de 09h30 à 18h00, hors week end

Nous contacter par email